VT_Tematica_Medicina felina_detail.jpeg.jpg VT_Tematica_Medicina felina_detail.jpeg.jpg
  • Temps de lecture: 1 mins

    Insuffisance rénale chez le chat et espérance de vie selon l'étiologie

    L'insuffisance rénale est un trouble qui touche le rein et provoque son dysfonctionnement. Il s'agit de la pathologie rénale la plus fréquente chez le chat et de la principale cause de décès chez cet animal. Un traitement approprié permettra toutefois d'en allonger l'espérance de vie. Elle se présente par ailleurs sous deux formes : une forme aiguë et une forme chronique.

    [toc:ul TABLE DES MATIÈRES]

    ↓Téléchargez gratuitement ici↓  Rapport sur les maladies du système urinaire féline

    Qu'est-ce que l'insuffisance rénale chez le chat ?

    L'insuffisance rénale aiguë est caractérisée par une diminution brusque et persistante de la filtration glomérulaire. L'ischémie rénale, consécutive à une hypotension, une hypovolémie ou un choc, et l'action de substances néphrotoxiques en sont les principaux déclencheurs. Une glomérulopathie, l'hypercalcémie, la pyélonéphrite, la leptospirose, l'obstruction des voies urinaires et le diabète sucré peuvent également conduire à une insuffisance rénale aiguë. Les signes et symptômes se manifestent de façon soudaine et sont liés à l'azotémie et au syndrome urémique.

    Ils doivent être traités dans l'immédiat pour éviter les complications. On distingue trois phases dans le développement de l'insuffisance rénale chez le chat : la phase d'initiation des lésions (de l'apparition de la lésion rénale au début de dysfonctionnement de l'organe), la phase de maintien (lésion rénale établie) et la phase de récupération.

    Traitement de l'insuffisance rénale chez le chat

    Le traitement de l'insuffisance rénale chez le chat repose principalement sur l'administration d'une sérothérapie par voie endoveineuse destinée à corriger le déséquilibre des fluides et des électrolytes. Les signes de surhydratation, la production d'urine et la présence d'arythmies, déclenchées par l'hyperkaliémie, doivent être surveillés. Le pronostic est plus favorable en cas d'insuffisance rénale aiguë à caractère polyurique qu'en cas d'insuffisance rénale aiguë à caractère oligurique. Le taux de mortalité est estimé à 40 % voire plus et varie selon l'existence de pathologies sous-jacentes, la gravité de l'azotémie et les signes observés en début de traitement.

    insuffisance rénale chat espérance de vie

    En cas d'insuffisance rénale chronique, la baisse de la fonction rénale est progressive et associée à une perte progressive de tissu fonctionnel (composé de néphrons). Elle peut être déclenchée par une néphropathie congénitale ou, dans sa forme acquise, faire suite à un traumatisme, une obstruction, une intoxication, être idiopathique, auto-immune, liée à une infection, un cancer ou à un choc impliquant une atteinte rénale. Son incidence augmente avec l'âge et elle touche 33 % des chats de plus de 15 ans. Une fois le diagnostic posé, la durée de survie de l'animal est variable, même si la plupart des chats meurent dans les 2 ou 3 ans qui suivent. On estime que cela représente 3 % des décès chez le félin. En revanche, l'administration, conjointement au traitement, d'une alimentation spécifique aux troubles rénaux du chat, permet de doubler l'espérance de vie de l'animal.

    ↓Téléchargez gratuitement ici↓  Rapport sur les maladies du système urinaire féline

    La survie varie en fonction du temps écoulé jusqu'au diagnostic et du traitement administré. Les signes cliniques n‘apparaissant que tardivement, il est important de procéder à des analyses de contrôle destinées à détecter l'insuffisance rénale à un stade précoce. Le diagnostic de l'insuffisance rénale chez le chat repose sur les valeurs du taux de filtration glomérulaire (TFG), la diminution des valeurs du TFG étant directement liée à une augmentation stable de la concentration sérique de créatinine et à l'apparition d'une protéinurie et d'une hypertension. Ces valeurs et les variations de celles-ci sont des éléments prédictifs de la survie du chat et permettront d'orienter le choix du traitement.

    Si les valeurs de la créatinine sérique servent aujourd'hui à estimer le taux de filtration glomérulaire, il a été prouvé néanmoins que les diminutions légères ou modérées du TFG étaient difficiles à détecter avec les procédures diagnostiques actuelles. La diméthylarginine symétrique (SDMA) est une molécule constituée par la méthylation d'arginine libérée dans le sang lors de la dégradation des protéines et qui est principalement excrétée par voie rénale. Plusieurs études mettent en évidence une forte corrélation avec le taux de filtration glomérulaire. En effet, ce marqueur serait plus prédictif du TFG que la concentration sérique de créatinine en raison de sa sensibilité supérieure et de sa stabilité face à une activité musculaire excessive.

    ↓Téléchargez gratuitement ici↓ Rapport sur les maladies du système urinaire  féline

    Vets & Clinics
    Espace de référence des vétérinaires
    anna-rodeus-hernaundez49_7.jpg
    Taux de créatinine chez le chat : l'augmentation de la créatinine est-elle pertinente ?
    Un taux de créatinine élevé chez le chat n'indique pas nécessairement une maladie rénale intrinsèque.
    cinta-qiuzhi-viladot-zalabardo33_5.jpg
    La prise en charge de l'incontinence chez le chat
    Le diagnostic et le traitement de l'incontinence chez le chat peuvent constituer un défi majeur pour le vétérinaire1.
    anna-rodeus-hernaundez49_6.jpg
    Sida du chat et maladie rénale
    Le sida du chat est une maladie relativement courante qui augmente la sensibilité aux autres troubles cliniques. Cet article explore le lien possible entre le virus de l'immunodéficience féline et la maladie rénale, en analysant des facteurs tels que la protéinurie et l'azotémie, ainsi que les changements morphologiques dans le tissu rénal.