VT_Tematica_Medicina felina_detail.jpeg.jpg VT_Tematica_Medicina felina_detail.jpeg.jpg
  • Temps de lecture: 7 mins

    Diabète chez le chat : prise en charge et conséquences possibles

    On distingue deux types de diabète chez le chat : le diabète insulino-dépendant (DID) et le diabète non insulino-dépendant (DNID). Le DID se caractérise par une hypoinsulinémie, une sécrétion trop faible d'insuline après l'administration de glucose, la nécessité d'un traitement à l'insuline et une tendance à l'acidocétose. L'étiologie est multifactorielle ; elle comprend des facteurs génétiques, raciaux et auto-immuns, la pancréatite aiguë (rare) ou encore la présence de substance amyloïde dans les cellules des îlots pancréatiques, un phénomène fréquent chez le chat.

    Introduction

    Le DNID se caractérise par des taux d'insuline normaux ou élevés, une sécrétion excessive d'insuline après l'administration de glucose et l'obésité, donnant lieu à une réponse inappropriée des tissus périphériques à l'insuline, ce qui est particulièrement fréquent chez les chats obèses. Cet effet antagoniste à l'insuline est dû à l'état d'hyperinsulinémie provoqué par l'obésité.

    Rapport: Obésité et surpoids chez les chats - Comment combattre la maladie

    En dernier lieu, il existe une forme de diabète provoquée par l'excès de substances diabétogènes, soit en raison d'une administration exogène (corticoïdes, progestérone), soit en présence de maladies qui stimulent la sécrétion de ces substances (l'hypercorticisme, l'acromégalie). Les caractéristiques de cette forme de diabète sont similaires à celles du DNID.

    Implications cliniques

    Le diabète félin touche les chats de tous âges, la majorité ayant plus de 6 ans, avec une prédisposition plus forte chez les mâles.

    diabète chez le chat

    Selon la gravité et le stade évolutif de la maladie, les manifestations cliniques vont de symptômes légers, comme la perte de poids, à des tableaux cliniques bien plus graves tels que l'acidocétose diabétique ou le syndrome d'hyperglycémie hyperosmolaire.

    Les symptômes du diabète chez le chat comprennent :

    • la polyurie/polydipsie
    • la perte de poids avec polyphagie
    • l'altération du pelage
    • la mauvaise haleine
    • la formation de cataractes. Très rare chez le chat, il s'agit de la complication la plus fréquente du diabète chez le chien.
    • une neuropathie diabétique
    • une stéatose hépatique avec hépatomégalie
    • une infection du conduit urinaire accompagnée de signes tels que l'hématurie.
    • des signes d'acidocétose et d'un syndrome d'hyperglycémie hyperosmolaire : déshydratation, faiblesse, tachypnée, vomissements, odeur d'acétone, hypothermie et coma.

    Comme nous l'avons évoqué plus haut, l'obésité est le principal facteur de risque du DNID ; or celle-ci est également une des maladies nutritionnelles les plus fréquentes chez le chat . Les études les plus récentes ont souligné que le taux d'incidence de l'obésité ou de l'excès de poids oscillait entre 17 et 52 % chez le chat.  Dans la pratique clinique, la manière la plus simple d'évaluer le degré d'obésité ou de maigreur d'un chat est d'évaluer sa condition corporelle sur une échelle à 5 points, un score de 3 points correspondant à une condition corporelle idéale équivalente à une masse graisseuse de 22 % (± 2 %). Les principaux facteurs de risque sont l'âge avancé, le sexe masculin et la castration.

    Rapport: Obésité et surpoids chez les chats - Comment combattre la maladie

    Les données les plus récentes pointent vers une augmentation du stress oxydatif due à l'accumulation d'adipocytes, qui créent chez le chat obèse un état proinflammatoire appelé syndrome métabolique. Cet état inflammatoire pourrait expliquer la diminution de la sensibilité à l'insuline observée chez les chats mâles, castrés et obèses.

    Recommandations diététiques

    Comme l'a démontré la recherche, dans la plupart des cas de diabète félin, la perte de poids normalise la sensibilité à l'insuline chez le chat obèse, sans qu'il soit nécessaire de recourir à l'insuline pour contrôler la maladie.

    C'est pourquoi l'essentiel est d'instaurer un programme d'amincissement comprenant des stratégies visant à augmenter les dépenses caloriques de même qu'une modification du régime alimentaire. En général, un régime d'amincissement adapté prévoit une restriction énergétique de 20 à 30 % , une alimentation à teneur élevée en protéines, faible en matières grasses et composée de fibres naturelles et de nutriments équilibrés. Pour renforcer le métabolisme, l'ajout de flavanones d'agrumes permet une amélioration significative des marqueurs de stress oxydatif et de l'inflammation, ainsi qu'une amélioration du profil lipidique. Enfin, il est nécessaire de stimuler le comportement naturellement actif du chat. 

    New call-to-action

    Josep Campmany
    Nº d’enregistrement à l’ordre des vétérinaires: COVB 1125

    Master en médecine vétérinaire, université de Saragosse, et programme de management avancé. Formation en marketing management à l’ESADE (école de commerce), Barcelone

    anna-rodeus-hernaundez49_7.jpg
    Taux de créatinine chez le chat : l'augmentation de la créatinine est-elle pertinente ?
    Un taux de créatinine élevé chez le chat n'indique pas nécessairement une maladie rénale intrinsèque.
    cinta-qiuzhi-viladot-zalabardo33_5.jpg
    La prise en charge de l'incontinence chez le chat
    Le diagnostic et le traitement de l'incontinence chez le chat peuvent constituer un défi majeur pour le vétérinaire1.
    anna-rodeus-hernaundez49_6.jpg
    Sida du chat et maladie rénale
    Le sida du chat est une maladie relativement courante qui augmente la sensibilité aux autres troubles cliniques. Cet article explore le lien possible entre le virus de l'immunodéficience féline et la maladie rénale, en analysant des facteurs tels que la protéinurie et l'azotémie, ainsi que les changements morphologiques dans le tissu rénal.